La mort du deuxième président de la Tunisie, Zine El Abidine Ben Ali - Vision Group Media
La mort du deuxième président de la Tunisie, Zine El Abidine Ben Ali La mort du deuxième président de la Tunisie, Zine El Abidine Ben Ali

La mort du deuxième président de la Tunisie, Zine El Abidine Ben Ali

Tunisie / Awad Sallam / L'ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali est décédé à l'âge de un an pour rejoindre le président Mohamed Beji Caid Essebsi, moins de deux mois plus tard.

Zine El Abidine Ben Ali, deuxième président de la République tunisienne, après son indépendance de la France en 1956, après le renversement du président Habib Bourguiba en 1987 (3 septembre 1936 - 19 septembre 2019).

Il a assumé la présidence du 7 novembre 1987 au 14 janvier 2011, puis s'est enfui en Arabie saoudite après une révolution qui a renversé son régime.

Il a tenu les premières élections après le coup d'État contre Habib Bourguiba en 1989 et est décédé quelques jours après la résolution des élections présidentielles anticipées en Tunisie en 2019.

Étudiant au lycée de Sousse, il a rejoint les rangs de la Résistance nationale contre le régime français en Tunisie en tant que lien de liaison avec le Nouveau parti constitutionnel libre local, ce qui l'a conduit à son expulsion de l'école et il a été emprisonné.

Elle est diplômée de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr puis de l'école d'artillerie de Chalon-sur-Marne, en France.

Le père de sa première femme, le général Kafe, l’a envoyé suivre un cours à la Haute école militaire du renseignement et de la sécurité à Baltimore (États-Unis) et à la Field Artillery School (Texas, États-Unis), après avoir passé 10 ans à la sécurité militaire tunisienne.

Il a brièvement occupé le poste d'attaché militaire au Maroc et en Espagne et a été nommé directeur général de la sécurité nationale en 1977.

Il a été nommé ambassadeur à Varsovie (Pologne) pendant quatre ans, puis ministre d'État et ministre plénipotentiaire à l'Intérieur, avant de devenir ministre de l'Intérieur le 28 avril 1986, puis premier ministre du gouvernement du président Habib Bourguiba en octobre 1987.

Lors de son entrée en fonction, la Tunisie souffrait d'une grave crise économique qui touchait presque le pays.

L’un des présidents ouverts sur l’Occident, il a beaucoup changé et en a fait un des pays arabes les plus ouverts à l’Europe. Il a également entrepris des démarches en direction de certains courants islamiques, renvoyant le soufisme dans le pays et permettant aux églises de Tunisie d'adorer.

Read 73 times
Login to post comments
Abonnez-vous à notre newsletter
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…