Le leader des Frères musulmans en Tunisie fera-t-il face au sort de Mohamed Morsi ?

vendredi 30 juillet 2021
Rached Ghannouchi menace le président de la République de déstabiliser la sécurité en Tunisie Rached Ghannouchi menace le président de la République de déstabiliser la sécurité en Tunisie Le chef du mouvement islamiste en Tunisie menace de renouer avec la violence

#Daily_Times, Dubaï, Émirats Arabes Unis:- Les récentes déclarations du chef du parti du mouvement islamiste « Ennahda » et président du Parlement, Rached Ghannouchi, ont commencé à prendre le vrai courant, qui agite la violence et le terrorisme, ce qui pose la question de la finalité de ces déclarations, notamment aux médias occidentaux.

Les déclarations de Ghannouchi pourraient être qualifiées de tentative de trouble à l'ordre public et de menace pour la sécurité nationale, alors qu'il ne bénéficie plus d'une immunité parlementaire qui le protège de la responsabilité juridique, d'une part, et d'autre part, de tout acte contre le dirigeant. du mouvement islamique peut être une étincelle pour la communauté La communauté internationale contre le président du pays, Qais Saeed, ou pour enflammer le mouvement des bases du parti en fonction de leurs agendas violents connus.

Dans une déclaration au journal italien Corriere, Ghannouchi a appelé l'Italie à l'aider à restaurer la démocratie en Tunisie, mettant en garde contre la possibilité de sombrer dans le chaos. "Nous sommes tous dans le même bateau, nous Tunisiens et l'Europe, surtout les Italiens.

Ghannouchi a menacé en disant : "Si la démocratie n'est pas rétablie en Tunisie bientôt, nous allons rapidement sombrer dans le chaos, le terrorisme peut se développer et la stabilité sera déstabilisée ce qui poussera les gens à partir de quelque manière que ce soit. Plus de 500 000 immigrés tunisiens pourraient tenter d'atteindre le Côtes italiennes en très peu de temps.

Les déclarations du leader du mouvement islamique en Tunisie ne s'écartaient pas très loin de ce que menaçait son allié turc, Recep Tayyip Erdogan, et faisait chanter les pays européens par l'exode des migrants vers leurs pays, les obligeant à payer des sommes exorbitantes à la Turquie, et son soutien dans certaines décisions politiques concernant la Syrie.

Dans sa déclaration à la presse, le chef du Mouvement Ennahda a renouvelé son rejet des décisions du Président de la République, Kais Saied, déclarant : « Nous rejetons toutes ses décisions. Il a commis de graves erreurs, un coup d'État et une mesure contre la constitution et hors la loi."

Ghannouchi a affirmé son adhésion à la résistance, rejetant toutes les décisions du Président de la République : « Nous résisterons par tous les moyens pacifiques et légaux. Nous lutterons pour le retour de la démocratie. Il faut comprendre que le Parlement doit revenir au centre de mécanismes décisionnels de l'État », appelant dans le même cadre au dialogue.

Ghannouchi a considéré que les accusations de corruption, provoquant l'échec économique et aggravant la crise sanitaire qui étaient dirigées contre le mouvement Ennahda sont fausses : et nous n'avions aucun ministre dans son gouvernement. Ensuite, nous avons accepté de le soutenir uniquement pour éviter un vide gouvernemental. Nous n'assumons aucune responsabilité dans la gestion des affaires économiques et dans l'effondrement du système de santé. "

Expliquant la colère populaire et le départ des Tunisiens pour manifester contre le mouvement Ennahda, Rashid Ghannouchi a déclaré : "Je ne nie pas l'existence de cette colère. Le chômage et la vie chère ont empoisonné la coexistence civile. Il est clair que les Tunisiens ne sont pas contents et le virus Corona a exacerbé la crise, mais ici les médias, en particulier les moyens de communication, portent une responsabilité sociale sérieuse dans la manipulation du mécontentement populaire est quelque peu similaire à ce qui s'est passé en Grande-Bretagne avec le Brexit et le rôle de la désinformation inspirée par Moscou pour faire Trump vaincre Hillary Clinton.

Rached Ghannouchi a qualifié la popularité du mouvement de élevée : « Notre popularité est toujours élevée, comme en témoigne le fait qu'au moins la moitié des membres des conseils municipaux à travers le pays sont membres de notre parti.

Dans ce contexte, il a évoqué la marche organisée par le mouvement le 27 février 2021 : "Plus de 200 000 personnes ont manifesté à Tunis pour soutenir le mouvement Ennahda".

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Actualité à la Une

  1. Popular
  2. Trending
  3. Le plus regardé

Calender

« Septembre 2021 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30