La presse marocaine est assiégée par un projet de loi de fausses nouvelles et de nouvelles taxes

jeudi 1 février 2018
La presse marocaine est assiégée par un projet de loi de fausses nouvelles et de nouvelles taxes La presse marocaine est assiégée par un projet de loi de fausses nouvelles et de nouvelles taxes

Maroc, Casablanca, médias marocains, Les journalistes au Maroc tentent de bloquer un projet rédigé par le gouvernement sur de fausses nouvelles, avertissant de ses dangers et le décrivant comme imprécis dans ses antécédents et ses objectifs.

Cela se présente comme propriétaires de journaux électroniques au Maroc ont exprimé leur inquiétude «l'action fiscale» que la décision du gouvernement à la presse sous la «situation de la presse, papier et secteur électronique, qu'en est-aggravation de la crise à la question de l'existence d'une lutte pour la survie.

Piéger et mettre fin à de fausses nouvelles

Le gouvernement marocain prépare un projet de loi visant à retrancher et à mettre fin aux fausses nouvelles qui sont promues sans crédibilité, et les promoteurs de fausses nouvelles encourent des peines allant de l'emprisonnement à des amendes.

Le ministère marocain de l'Intérieur, que les autorités compétentes prennent toutes les mesures juridiques pour déterminer l'identité des personnes impliquées dans la promotion des photos et des vidéos sont manifestement fabriquées pris en dehors du Maroc, sont présentés dans trompeurs comme liés à des événements et des faits qu'elle a eu lieu au Maroc.

"Récemment, certains journaux papier, sites Web et certaines pages sur les sites de médias sociaux ont été publiés pour publier des images et des vidéos qui ont été fabriquées en dehors du Maroc et sans être étudiés, fouillés et recherchés leurs sources d'origine, Les événements ou les faits qui ont eu lieu dans le Royaume, ou exploités pour obtenir la faveur du public, les allégations qui ont été exposées et à plusieurs reprises nié par les autorités concernées ».

Le ministère a renouvelé l'alerte à «la gravité de ces actes d'induire en erreur l'opinion publique faits faux et faux, et a posé tellement excitant de panique parmi le peuple et la violation rendu de l'ordre public», en disant «il prendra toutes les mesures juridiques par les autorités compétentes pour déterminer l'identité des personnes impliquées dans la promotion De ces fabrications et allégations. "

A annoncé que l'Union nationale de la presse marocaine, a exprimé une forte opposition au projet de loi «fausses nouvelles» que le gouvernement est en cours de préparation afin d'assiéger et de mettre fin aux fausses nouvelles qui a promu fortement sans avoir la moindre crédibilité, alarme «la gravité extrême qui Akedziha cette tendance», exiger la cessation Invite pour cette tentative.

Crise du secteur de la presse à la fois papier et électronique

Le Bureau exécutif de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (de Syndicat des propriétaires de journaux) de «préoccupation au sujet de la situation de la presse, papier et secteur électronique, qu'en est-aggravation de la crise à la question de l'existence d'une lutte pour la survie».

Le bureau a dit, après une réunion à Casablanca que «au lieu de renforcer les pouvoirs publics, qui a un partenariat stratégique avec la Fédération marocaine des éditeurs de journaux, a soutenu la presse nationale est et remplir ses obligations dans le gouvernement du plan d'urgence convenu avant la fin du mandat du gouvernement précédent, engagé une procédure fiscale est dangereuse et absurde Et inintelligible, en élargissant le graphique de l'écran qui a conduit à la publicité commerciale à la télévision à la presse électronique ».

Il a ajouté que les pouvoirs publics ont considéré que «tous les téléphones, les ordinateurs et autres écrans, et l'éditeur de mener cinq cents du revenu total de la publicité chaque mois pour gérer les impôts avant tirer même le prix de la Déclaration de l'annonceur, qui est un coup douloureux à la presse électronique les faire pire que son document de contrepartie Le deuil. "

Le communiqué du Bureau exécutif du fédéral «Tout cela vient à un moment où le gouvernement cautionnée les deux géants de Google global et Facebook, qui Adtrthma de nombreux pays aux contributions de plusieurs milliards de dollars dans des fonds pour soutenir la presse locale» et »Ceci à un moment où les éditeurs de journaux marocains attendent pour le levage concret de soutien (7 millions de dollars) par an, alors que la France, par exemple, offre un soutien à la presse jusqu'à 1 milliard et 700 millions de dollars par an), ainsi que l'impossibilité de répondre à une demande urgente de fonds pour le développement de la lecture. , peut être La seule façon de continuer la presse papier dans ce pays », selon la communication.

L'auteur a ajouté que «ce qui augmente les éditeurs surprise qu'au milieu de ce danger imminent qui menace l'existence de la presse, qui est l'un des piliers de la démocratie, le gouvernement continue d'ouvrir des ateliers pour les lois sur la presse de RETENUE plus spéciales» et «après il est passé un projet de loi déporté par lequel une partie de l'article 72 de la loi presse au droit pénal sans consulter les professionnels, au cours des décennies précédentes n'a pas obtenu, il a d'abord l'annonce dans la création d'un autre projet de loi sur la répression des fausses nouvelles, sachant que l'article 72 stade du droit pénal principalement liés à de fausses nouvelles ».

Et que «cela, et alors que la Fédération marocaine impliquant les éditeurs de journaux au sérieux aujourd'hui et la responsabilité du comité chargé de surveiller les élections nationales du Conseil de presse, censée être une institution à respecter l'éthique de la profession, à un moment où les éditeurs sont engagés dans des ateliers immuniser la profession et dans le conflit afin de fournir une presse nationale Le Federal Bureau of Investigation est surpris par l'absence de signaux rassurants d'un réel désir de poursuivre un véritable partenariat avec les pouvoirs publics, signé en 2005 dans le cadre du contrat programme, et l'alerte que des milliers d'emplois sont menacés aujourd'hui Dans le secteur avec toute cette confusion dans la manipulation du fichier multimédia dans notre pays ».

Le Bureau exécutif de l'allocation fédérale et une journée nationale sur le papier et la presse nationale électronique «peut prendre toutes les formes qui jugera apte à défendre la continuité de la presse libre et responsable en mesure indépendante de promouvoir le rôle de la communauté, et aussi capable de supporter les charges de la production de contenus et de préserver la dignité des journalistes et des journalistes et de tous les travailleurs du secteur».

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Actualité à la Une

  1. Popular
  2. Trending
  3. Le plus regardé

Calender

« Août 2021 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31