Festival du film de Carthage ouvre 2018 en présence de sécurité et politique, et quelques médias

Tunisie, Awad Salam, La Tunisie a ouvert le Festival du film de Carthage en 2018 au milieu d'une présence de sécurité accrue à la suite d'un attentat terroriste survenu il y a quelques jours dans le centre de la capitale, rue Habib Bourguiba, une incantation du ministère de l'Intérieur visant une patrouille de sécurité du continent.

L'ouverture de ces manifestations culturelles arabo-africaines a été marquée par une présence politique plutôt que culturelle, à laquelle ont assisté le Premier ministre tunisien Yousuf Al-Shahed, le président de l'Assemblée du Peuple, Mohammed Al-Nasser, et le ministre des Affaires culturelles, Mohammed Zine El Abidine.

La presse internationale en Tunisie a été interdite, les invitations n’étant pas invitées à la cérémonie d’ouverture, la présence des médias se limitant à la présence d’artistes sur le tapis rouge pour les photographes, alors que le public à l’intérieur de la salle était réservé aux médias étrangers venus en Tunisie pour couvrir l’événement.

La rue Habib Bourguiba a été décorée et des bannières ont été placées annonçant le festival du film arabo-africain organisé par la Tunisie depuis 1966.

"Ces journées cinématographiques sont une tâche importante dans laquelle nous voulions dire que la vie se passe en Tunisie, qui fait face au fléau du terrorisme, non seulement par la sécurité, mais également par la culture", a-t-il déclaré.

"Nous voulions souligner le lendemain de cette attaque et à quelques pas seulement de l'endroit où se déroule cette opération contrecarrée que vit actuellement la Tunisie."

"Nous voulions venir aujourd'hui pour soutenir le cinéma, les artistes et les créateurs tunisiens, pour envoyer un message de paix et de tolérance, et que la Tunisie progresse sur le chemin de la démocratie à travers la culture que nous souhaitons également investir dans la lutte contre ce fléau", a-t-il déclaré.

Le film "Apatrid" ou "No Citizen" du réalisateur marocain Nargis Najjar a ouvert la nouvelle session à la salle de l'opéra de Culture City. Le film met en lumière la question des Marocains expulsés d'Algérie en 1975.

La compétition officielle des réalisateurs arabes et africains comprend 44 films, dont 13 longs métrages, 12 courts métrages et 11 documents, en compétition pour le Golden Tanit Award.

Le festival durera jusqu'au 10 novembre et mettra en vedette plus de 200 films.

Read 128 times
Login to post comments
Abonnez-vous à notre newsletter
Top
Шаблон скачали с сайта JooMix.org
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…